top of page
planche contact samuel saada

 

 

 

 

Disquaire spécialisé pendant quelques années, j’ai été régisseur dans l’événementiel. J’apprends la photographie en autodidacte par la pratique et l’étude des livres de grands maîtres en parallèle de mes emplois.


Par la suite, je fais du reportage (manifestations et évènementiels) et je travaille pour des festivals de musique. 

En 2016, dans un désir de perfectionner ma pratique et dans une nécessité de me confronter aux territoires, je voyage au Proche-Orient. J’y passerai trois années à documenter mon quotidien et les quartiers défavorisés. 


Pendant mon long séjour, j’obtiens une bourse à la «BEZALEL ACADEMY OF ART AND DESIGN» pour me perfectionner au tirage argentique et à l’apprentissage du médium. Je participe au workshop avec Didier Ben Loulou.

Entre écriture documentaire et photographie de rue, je m’intéresse aux questions liées au territoire, à l’humain, à la marge. Je montre l’invisible du visible. Explorateur du monde, voyageur en quête d’images et de rencontres, j’explore le hors-champ des villes. Je fais des portraits et des photographies contemplatives avec la lumière comme boussole. Une démarche que j’espère sensible au détail.

La photographie capte des instants, elle transmet des images mémorielles. Toujours en quête de compréhension du monde, je pars en Tunisie en février 2021, afin de raviver la mémoire suspendue que mes aïeux ont laissée à leur départ en 1953. C’est un sujet auquel je me consacre par un travail de mémoire et d’identité dans une série intitulée: Le bleu et l’étranger.

De retour à Paris, je photographie le Parc de la Villette, en cours de réalisation, entre sociologie et altérité. Je documente cette portion du territoire francilien, aux frontières de la banlieue défavorisée et de la cité parisienne où des populations d’horizons divers se côtoient en harmonie. Série : Pariphérie.
En 2022, je suis en résidence dans la communauté des Black Hebrew Israélites (série : Rise to the kingdom) où je documente la vie du groupe, à Dimona, dans le Néguev. Communauté qui tente de survivre dans un pays de plus en plus hégémonique.

J’ai exposé mon travail à l’étranger ainsi qu’à Marseille, à la galerie Zoème lors d’une exposition collective. J’ai été publié dans plusieurs médias
(Médiapart, l’Arche, L’oeil de la photographie). Mon travail a été présenté aux élèves d’Hally Pancer, photographe et professeur à l’institut d’études politiques de Paris. 

Je suis actuellement basé en région parisienne où je réalise mes propres tirages en chambre noire. 

bottom of page